Bonne tenue des activités tertiaires

Dans sa dernière note de conjoncture de l’année qui vient de s’achever, la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) a annoncé des perspectives de clôture favorables pour le secteur touristique, soulignant une croissance consolidée au début du dernier trimestre que favorise le dynamisme continu du marché extérieur.
Source : Libération
Posté Le : Vendredi 5 Janvier 2018

Selon ce département relevant du ministère de l’Economie et des Finances, le nombre des arrivées à la destination marocaine s’est renforcé de 14,9% au cours du mois d’octobre 2017 et les touristes étrangers ont été à l’origine de 98% de cette dynamique avec une progression de 23,5%.

En tenant compte de cette évolution, la DEPF a estimé que le nombre des arrivées s’est amélioré de 9,4% à fin octobre 2017, après +8,9% un mois plus tôt et une légère hausse de 0,4% il y a une année.

Concernant les nuitées réalisées dans les établissements d’hébergement classés, elle a indiqué que leur nombre s’est raffermi de 18,6% au  mois d’octobre 2017. Et de préciser que le marché extérieur canalise 92% de cette évolution, enregistrant un accroissement de 23,3%, impulsé par les hausses consolidées affichées par les principaux marchés émetteurs.

Ainsi, au terme des dix premiers mois de 2017, la DEPF a noté que ces nuitées se sont renforcées de 15,4% à 18,7 millions de nuitées, après +2,1% un an plus tôt, bénéficiant d’une croissance à deux chiffres dans la-quasi-totalité des régions du Royaume. 

A propos de croissance, notant que la ville de Tanger a franchi pour la première fois le cap de 1 million de nuitées, enregistrant une hausse de 26,2%. 

Grâce à cette évolution, la perle du Nord rejoint le groupe des premiers pôles touristiques du Maroc, en l’occurrence Marrakech, Agadir et Casablanca, dont les volumes de nuitées ont atteint respectivement 6,5 millions (+18,4%), 4,7 millions (+12,2%) et 1,8 million (+11,5%). 

Dans sa note, la DEPF a aussi relevé des améliorations en ce qui concerne les recettes touristiques qui ont enregistré une progression de 17,5% durant les deux premiers mois du quatrième trimestre de l’année précédente. Ce qui, a-t-elle précisé, ramène ainsi, leur croissance à +6,5% au terme des onze premiers mois de l’année 2017, après +5,6% un an auparavant.