Le projet de budget 2019 se distingue par son orientation plus marquée pour les secteurs sociaux, selon le CMC

Le projet de budget 2019 se distingue par son orientation plus marquée pour les secteurs sociaux et vise à mobiliser plus de moyens pour la promotion des secteurs de l'éducation, de la santé, de la protection sociale et de l'habitat, indique le Centre marocain de conjoncture (CMC), dans une note publiée récemment.
Source : Libération
Posté Le : Jeudi 8 novembre 2018

La programmation budgétaire cherche également à déployer une nouvelle stratégie pour faire face à la problématique de l'emploi dans ses multiples dimensions, en particulier en ce qui concerne les primo-demandeurs d'emploi, ajoute le Centre.

Selon le Centre, la grille d'hypothèses, dans sa recomposition, a tenu compte des derniers développements conjoncturels qui ont caractérisé l'environnement économique international et provoqué un ralentissement quasi-général de l'économie mondiale. Elle a aussi, poursuit-il, intégré les décisions et les principales orientations de politique économique des pouvoirs publics et plus particulièrement le lancement de la nouvelle stratégie agricole pour la création d'activités génératrices d'emplois pour les jeunes et bien sûr la programmation budgétaire que quantifie et met en exergue le projet de loi de Finances 2019 présenté au Parlement récemment.

Le CMC, qui met en exergue les différents scénarios de l'évolution de l’économie mondiale et nationale, a fait observer que ce '’bouquet d’hypothèses fort crédibles est loin des perspectives poussives attendues et annoncées avec des accents alarmistes’’.  Selon le Centre, ''les perspectives de croissance de l’économie nationale pour 2019, somme toute, satisfaisantes, tel qu'il ressort de ces prévisions devraient s’inscrire dans un environnement économique international porteur mais miné de zones d’inquiétudes et de réactions imprévisibles (tensions géopolitiques, velléités protectionnistes, unilatéralisme, envolée des prix du baril...)''. La guerre commerciale engagée entre les États-Unis et la Chine, les deux importantes économies influentes du monde qui représentent à elles seules 30% du PIB mondial, devrait se calmer et trouver un compromis porteur de plus de stabilité pour les échanges commerciaux, ajoute le Centre, estimant qu'ainsi et en dépit de son ralentissement constaté au cours des derniers mois, la croissance mondiale devrait rester rigoureuse et enregistrerait une évolution de l’ordre de 3%. La contribution des pays émergents et en voie de développement serait de 4,7% face à 2% pour les pays avancés.

Présentant récemment le projet de loi de Finances 2019 devant les deux Chambres du Parlement, le ministre de l'Économie et des Finances, Mohamed Benchaâboun a indiqué que le gouvernement prévoit de réaliser un taux de croissance de 3,2% , contenir l'inflation à moins de 2% et maintenir le déficit à 3,3%.

"Ce sont là autant d’indicateurs qui illustrent la solidité de l’économie nationale, mais il convient de les consolider en veillant à redonner confiance au citoyen à travers des prestations sociales de qualité et lui assurer un emploi décent, un revenu stable et raisonnable", a-t-il déclaré.